• En cas d'urgence et en dehors de nos horaires d'ouverture : Appelez le 119
  • 01 56 56 62 62

En cas d’urgence immédiate appeler les services de Police au 17 ou le numéro d’appel de l’enfance en danger au 119

ADOLESCENTS

Je suis un adolescent, j’ai entre 14 et 18 ans

“Tu as été victime de violences, de paroles méchantes afin de te nuire ou de gestes ou comportements sexuels déplacés de la part d’une personne de ton entourage ? Tu es peut-être victime de maltraitance”

Qu’est-ce que la maltraitance ?

La maltraitance est l’ensemble des violences physiques, psychologiques et sexuelles, des négligences et des carences (manques) de la part d’adultes ou de mineurs (personne de moins de 18 ans).
Il est difficile de dire exactement combien d’enfants sont maltraités en France car beaucoup de situations sont cachées.
Elle a des répercussions notables sur le développement physique et psychologique de l’enfant qui la subit.
Tu trouveras ci-dessous les différentes formes de maltraitances illustrées par des situations :
Peut-être as-tu déjà vécu l’une d’elle ?

La maltraitance psychologique

  • On me dit souvent que je suis nul, que je n’arriverai jamais à rien
  • On se moque souvent de moi (sur mon physique, mes vêtements…)
  • On me demande, ou m’autorise, à faire quelque chose et on me le reproche après
  • On me menace, on me parle de façon agressive
  • Je n’ai le droit de rien faire, je n’ai pas le droit d’avoir des amis ou de faire des activités à l’extérieur de chez moi, je me sens enfermé.
  • Quoi que je fasse ce n’est jamais assez bien
  • On fait comme si je n’existais pas, personne ne s’intéresse à moi. Je ne reçois jamais ou très peu de marques d’affection
  • On ne pose aucune limite alors que je sais que j’en aurais besoin (ex : on ne me demande jamais où je suis et avec qui)
  • Je suis exposé à des situations qui ne sont pas de son âge (ex : on me laisse regarder ou jouer avec des choses violentes, ou qui me font peur)
  • La maltraitance physique
  • On me fait mal, on me donne des coups ;
  • On me force à faire certaines choses qui me font mal. (Ex : rester debout pendant des heures).

Les négligences

  • On ne me donne pas suffisamment à manger, j’ai souvent faim.
  • Je ne dors pas bien : je n’ai pas de lieu à moi ou je suis souvent réveillé la nuit.
  • Je suis souvent sale, je ne me lave pas ou ne me demande pas de me laver…
  • Je suis souvent malade, on ne le soigne pas
  • Je ne suis pas habillé en fonction des saisons et de mes besoins
  • Je fais souvent tout seul pour faire des choses d’adulte, par exemple m’occuper de mon petite frère ou sœur en bas âge)

La maltraitance sexuelle

  • Un adulte ou un mineur m’a imposé des gestes à caractère sexuel (caresses, baisers…).
  • Un adulte ou un mineur m’a imposé une pénétration à caractère sexuel (fellation, tout autre acte de pénétration).
  • Un adulte ou un mineur m’a montré son sexe
  • Un adulte ou un mineur m’a obligé à m’exhiber, à me montrer nu(e)
  • Un adulte ou un mineur m’a proposé de regarder des images sexuelles sur Internet, à la télévision ou dans des journaux
  • Un adulte ou un mineur m’a parlé de sa sexualité (ex : appels téléphoniques à caractère sexuel), m’a raconté des scènes sexuelles
  • Un adulte ou un mineur m’a fait assister ou participer à des scènes à caractère sexuel.
  • Un adulte ou un mineur a utilisé mon corps pour de l’argent (exemple : dans le cas des réseaux de prostitution d’enfants.
  • Un adulte ou un mineur a pratiqué une intervention sur mes parties génitales (ex : ablation, infibulation, lésions – coups-…)

Que peux-tu faire ? Ou peux-tu trouver de l’aide ?

Il est important de ne pas rester seul avec sa souffrance ou face à une situation difficile. Il nécessaire que tu ailles en parler à un adulte de confiance qui t’aidera et te soutiendra. C’est la seule façon de faire stopper la maltraitance.

 

Cette personne peut être un membre de ta famille :

  • les parents
  • les grands-parents
  • les grands frères et les grandes sœurs
  • les oncles et tantes
  • les cousins et cousines

Il est possible aussi de parler à un proche :

  • un voisin que tu connais bien
  • un ami de la famille

Les professionnels des établissements scolaires sont aussi là pour aider les élèves dans ces moments difficiles :

  • le maître ou la maîtresse
  • un professeur avec lequel on s’entend bien
  • la conseillère d’éducation
  • l’infirmière
  • l’assistante sociale
  • la psychologue scolaire
  • le directeur ou la directrice
  • le principal

Il est possible, également, de se confier à un(e) camarade de classe ou un(e) ami(e). En effet, il est souvent plus facile dans un premier temps de parler à quelqu’un de son âge. Mais il est nécessaire ensuite d’en référer à une personne majeure car c’est aux adultes qu’il appartient de protéger les enfants.

Tu peux aussi appeler le 119, c’est le numéro « Allô enfance en danger ». C’est un numéro gratuit, qui n’apparaît pas sur la facture téléphonique et est joignable 24h/24 et 7 jours/7. Des professionnels répondent au téléphone et sont là pour t’aider et répondre à tes questions.

Tu peux également contacter l’association L’Enfant Bleu. Tu pourras ainsi échanger avec un psychologue sur ta situation : 01 56 56 62 62 – renseignements@enfantbleu.org