Communiqué de presse – Affaire Tony : Toutes les violences faites aux enfants doivent être signalées !

Le 26 novembre 2016 à Reims, le petit Tony âgé de 3 ans décédait suite aux nombreux coups et violences, répétés pendant plusieurs semaines, infligées par le compagnon de sa mère.

Celle-ci, ainsi que son ancien concubin comparaîtront devant la cour d’assises de la Marne du 11 au 14 février. L’homme devra y répondre de « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner » et de « violences habituelles » en état de récidive. Il encourt jusqu’à 30 ans de réclusion criminelle. La mère du petit garçon n’est quant à elle mise en accusation que pour « non-assistance à personne en péril » et « non-dénonciation de mauvais traitements ». Elle risque jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.

Nous avons donc décidé de nous constituer partie civile dans le procès de la mère du petit Tony, ainsi que dans celui de son compagnon, pour comprendre :

        • pourquoi la justice n’a jamais envisagé la complicité de la mère ;
        • comment ce drame a-t-il pu arriver alors qu’un grand nombre de personnes (membres de la famille, entourage et voisinage, personnel enseignant) aurait dû soupçonner que le petit Tony était en danger.

Nous souhaitons donc encourager davantage l’entourage de tout enfant, soupçonnant des violences sur ce dernier, à parler et à alerter pour le sauver. Pour cela, il est indispensable de promouvoir les numéros d’appel d’urgence comme le 119 – Allô Enfance en Danger, le 17 – Police Secours, les numéros des associations de protection de l’enfance comme L’Enfant Bleu (01 56 56 62 62), mais aussi notre plate-forme AlerterPourSauver.org, lancée fin 2018.

 

Téléchargez ici le communiqué de presse complet.

MOBILISATION COVID-19FONDS DE SOUTIEN POUR LES ENFANTS EN DANGER

Nous le savons, 80% des violences faites aux plus jeunes sont commises par l'entourage familiale.

Les enfants sont donc plus que jamais en danger durant cette période de confinement !

Mobilisez-nous avec vous pour les aider aujourd'hui comme demain.

Découvrir le fonds de soutien