L’Enfant Bleu sur Fortnite : quand le jeu vidéo peut aider à sauver des vies.

Pendant la période de confinement, un dispositif inédit a été mis en place à l’initiative de l’association L’Enfant Bleu pour permettre aux jeunes, victimes de maltraitances au sein de leur foyer, de lancer un appel à l’aide via le célèbre jeu en ligne Fortnite.

Cette expérience pilote vient d’aboutir à la création par l’association d’un groupe de travail, dans lequel seront représentées les instances judiciaires et juridiques ainsi que le Secrétariat d’Etat à la Protection de l’Enfance, dans le but d’intégrer les jeux vidéo dans l’éventail des moyens permettant aux enfants et adolescents d’alerter en cas de violences. Mohamed Bouhafsi, journaliste sportif et parrain de l’association, participera à la réflexion. L’Enfant Bleu a également convié tous les éditeurs de jeux vidéo à prendre part à ces discussions. 

Dispositif EnfantBleu x Fortnite

Les mesures de confinement prises pour enrayer la propagation du Covid-19 ont généré une hausse des cas de maltraitances infantiles. En effet, les violences physiques, psychologiques ou sexuelles dont peut être victime un enfant sont à plus de 80% le fait d’un membre de son entourage familial immédiat.

Dans un contexte favorisant le passage à l’acte au sein du domicile sans possibilité de contact extérieur, l’objectif était de mettre à disposition des enfants un nouveau moyen pour alerter, sans se faire repérer par leurs agresseurs. L’Enfant Bleu a mis en place un dispositif totalement inédit en France, en collaboration avec les équipes de Havas Sports & Entertainment France, via le jeu en ligne phénomène Fortnite.

En France, 96% des enfants de 10 à 17 ans jouent au moins une fois par an à un jeu vidéo. Un enfant sur deux y joue tous les jours (Source : SELL – bilan marché 2019). Pendant le confinement, ce nombre s’est évidemment encore accru.

L’idée était donc d’intégrer l’association L’Enfant Bleu au cœur même du jeu, directement là où sont les enfants, pour mieux entendre leurs souffrances et leur venir en aide. Pour cela, un personnage, nommé EnfantBleu à l’apparence bien spécifique, a été créé. Les joueurs ont discrètement été informés qu’en ajoutant en ami le personnage EnfantBleu, ils entraient en contact avec l’association et pouvait ainsi se confier.

À la manière d’une hotline, ce personnage est resté disponible 7j/7 et 24h/24 : les membres de l’association L’Enfant Bleu mais également des bénévoles Havas se sont relayés pour faire vivre le dispositif jusqu’à la fin du confinement.

Havas Sports & Entertainment a accompagné L’Enfant Bleu sur la conception et la réalisation du dispositif ainsi que dans sa communication auprès d’influenceurs très suivis par les jeunes (notamment des profils des équipes e-sport renommées comme PRISM et MCES). Le but : sensibiliser leurs communautés sur des plateformes peu consultées par les parents.

En 1 mois, 1 200 enfants ont ajouté le personnage. 30% d’entre eux se sont confiés sur des problèmes personnels plus ou moins graves. Certains ont signalé être dans une situation d’extrême urgence.

Grâce à ce dispositif, le jeu vidéo souvent décrié, a rempli une mission sociétale bénéfique aux jeunes.

Intégrer les jeux vidéo à l’arsenal des dispositifs de protection de l’enfance

L’opération Fortnite x Enfant Bleu a permis de révéler le potentiel des jeux vidéo à pouvoir contribuer, de manière concrète et très directe, à libérer la parole des jeunes s’agissant de faits pour lesquelles il est toujours extrêmement difficile de se confier.

Dans cette dynamique, L’Enfant Bleu est à l’origine de la création d’un groupe de travail qui se réunira dès la rentrée prochaine visant à déterminer comment les jeux vidéo pourraient venir s’ajouter aux solutions déjà existantes, notamment le 119 (numéro national de l’enfance en danger) ou les associations de protection de l’enfance.

Le Secrétariat d’Etat pour la Protection de l’Enfance représenté par Adrien Taquet a déjà confirmé sa participation, aux côtés de la cheffe du groupe central des mineurs victimes de l’Office central pour la répression des violences aux personnes de la DCPJ, de la cheffe de la section mineurs du Parquet de Paris, de plusieurs éditeurs de jeux vidéo ainsi que des représentants du secteur. Mohamed Bouhafsi, journaliste sportif et parrain de L’Enfant Bleu, participera également aux discussions.